Careers / Success Stories / Les femmes montrent l'exemple

Les femmes montrent l'exemple

La réussite du programme a remis en question les opinions concernant les domaines d'étude proposés aux femmes en Arabie saoudite.


Dr Akila Sarirete, directrice, université Effat, Arabie saoudite

En 2004, l'université Effat a adopté le programme de la Cisco Networking Academy dans le but de multiplier les opportunités d'emploi pour les femmes et de les aider à donner un élan à leur carrière. Sous la direction du Dr Akila Sarirete, le programme est devenu un tremplin pour la prochaine génération de leaders féminins en Arabie saoudite.

Développer des compétences et des carrières en informatique pour les femmes


Le chômage est un sérieux problème en Arabie saoudite, en particulier chez les femmes diplômées de l'université.
 D'après les estimations, 30 % des femmes saoudiennes à la recherche d'un travail restent sans emploi et 78 % des femmes au chômage sont diplômées de l'université.
 Les femmes travaillent habituellement en tant que professeures, infirmières ou secrétaires et de nombreuses entreprises interdisent aux hommes et aux femmes de travailler ensemble.


Une certification Cisco élargit considérablement les possibilités de carrière pour les professionnels IT recherchés dans divers secteurs, dans les entreprises privées aussi bien que dans les établissements publics. Les employeurs examinent en premier la candidature des femmes ayant obtenu une certification reconnue mondialement.

Développer des compétences informatiques change des vies


L'université Effat, un grand établissement privé à but non lucratif d'enseignement supérieur pour femmes dans le Royaume d'Arabie saoudite, est devenue la première académie pour femmes d'Arabie saoudite.


Grâce aux qualités de leadership du Dr Akila, le programme Cisco Networking Academy compte désormais 5 universités pour femmes et 2 universités pour hommes en Arabie saoudite. Au début, les universités pour hommes étaient peu disposées à adopter le programme, car elles craignaient que le programme pour femmes soit moins rigoureux ou exigeant.
 Quand les responsables des universités ont rencontré le Dr Akila, ses connaissances et son enthousiasme les ont convaincus. Ils ont découvert que le programme et la certification Cisco signifient une chose, peu importe le lieu de formation ou les instructeurs.


« Le Dr Akila est un acteur énergique dans la région », déclare Hashem Shahwan, directeur Cisco Networking Academy en Arabie saoudite, au Yémen et au Liban. « Elle est considérée partout et connue de tous. » En 2009, elle a été nommée meilleure formatrice régionale Cisco pour le Proche-Orient, l’Afrique du Nord et le Pakistan. Elle a fourni des traductions et en a validé pour le programme Cisco Networking Academy.


La réussite élargit le champ des perspectives pour les femmes et les hommes


Selon le Dr Akila, la plupart des étudiants ayant terminé les cours Networking Academy ont trouvé un emploi dans l’assistance informatique, en tant qu’instructeur et formateur, ou poursuivent leurs études. Une ancienne élève CCNA a rejoint l'équipe d'assistance informatique de l'université Effat avant de décrocher un poste de dirigeante dans une banque en Arabie saoudite.


La réussite du programme a remis en question les opinions concernant les domaines d'étude proposés aux femmes.
 Effat est devenue la première université pour femmes à proposer un diplôme d'ingénieur, en partenariat avec l'université Duke. D'autres universités suivent le mouvement et proposent davantage de diplômes aux femmes.
 « Il y a 7 ans, c’était impossible », indique le Dr Akila. « Les parents ne l'acceptaient pas. »


« Ils sont désormais très proactifs », dit-elle. « Ils sont volontaires, organisent des programmes, contactent des entreprises et décrochent des emplois avant même d’être diplômés. » Une jeune diplômée a rejoint l’Organisation de la Coopération Islamique et a reçu une récompense pour ses programmes de médias sociaux. Un autre diplômé est analyste des médias sociaux.
 « Ils n'ont pas peur d'être sur le devant de la scène. »